Le nord de la Birmanie

Nous arrivons à Hsipaw au nord de la Birmanie pour aller à la rencontre de villages montagnards. Grâce a Santi (notre guide de 65 ans) qui parle les différents dialectes, nous pouvons communiquer avec les différentes ethnies ,Shans, Palaung et Mons que nous croisons.
Malgré le premier jour sous la pluie, et les sentiers boueux qui collaient aux pieds, ce trek a été riche en rencontres.

Le nord de la Birmanie
Notre guide Santi se protegeant de la pluie...

Notre guide Santi se protegeant de la pluie…

Ici les villageois vivent presque en autonomie. Ils cultivent leurs champs pour manger (riz, maïs, soja, pomme de terre, choux….), vont couper le bois pour se chauffer et font de la cueillette de différents végétaux pour agrémenter leur plats. Lors de notre ballade, nous avons croisé des enfants perchés dans les arbres, ils ramassaient les feuilles. Ce sont les mêmes que nous avions mangé la veille avec notre riz du soir. On oubliait de vous dire que les menus n’étaient pas très variés..riz le matin, le midi et le soir .Ils cultivent aussi le thé et le font sécher . Ils gardent le meilleur et envoient la deuxième qualité en ville. Ils préparent aussi des salades aux feuilles de thé macérées dans l’huile, excellentes.

Le nord de la Birmanie
Le nord de la BirmanieLe nord de la Birmanie

Nous avons dormi dans deux familles Shan. Leur maison sur piloti est sommaire, les nuits sont fraîches mais l’accueil est très chaleureux. La cuisine se limite à une petite pièce avec un feu à même le sol. L’eau est à l’extérieur. Toutes les générations habitent sous le même toit, dans la première famille 14 personnes cohabitaient (grand parents, tantes, oncle et enfants). Il y avait une grand pièce à l’étage qui servait de chambre et de lieu de prière. Le grand père est venu chanter ses mantras pendant facilement 1 h le soir et c’est lui qui nous a réveillé en douceur le matin en priant.

Le nord de la Birmanie
Le nord de la BirmanieLe nord de la Birmanie

Nous ne pouvons pas parler de notre voyage Asie sans évoquer le Bouddhisme. Voici en résumé ce que nous avons compris:
Les bouddhistes, affirment que la naissance conduit inexorablement à la maladie, à la vieillesse et à la mort. Les moments heureux ne sont que temporaires, vides et non satisfaisants.
Ce n’est que grâce à la maîtrise de son esprit par la méditation que l’homme peut atteindre un état de parfaite sagesse et d’absence de désir: le bonheur ou irvana
En Birmanie, les bouddhistes adhèrent à 5 préceptes qui interdisent de voler, tuer, mentir, enfreindre la chasteté ( Ou adultère) et consommer de l’alcool ou de la drogue.

Les moines , qui nous fascinent toujours autant et sont si photogéniques, ont beaucoup de différences avec ceux de nos monastères.
Dans les familles bouddhistes, chaque garçon , entre 10 et 20 ans doit effectuer un séjour d’au moins 3 jours au monastère en tant que moine novice. Puis ensuite, après 20 ans il y retourne. (Au Népal , seul l’aîné des garçons effectue ce séjour.) Pour cela ils doivent se raser la tête, et leur famille leur procure la « panoplie » du moine: un bol à offrande, trois vêtements ( un drap dans lequel il s’enroule, un Tee shirt avec des poches pour le portable et une étole plus chaude), un gobelet, une ombrelle.
On peut donc rentrer au monastère et y sortir plusieurs fois dans sa vie, contrairement à la religion catholique.

Le nord de la Birmanie
Le nord de la Birmanie
Le nord de la Birmanie
Le nord de la Birmanie
Le nord de la Birmanie

Lors de leur séjour ils ont une éducation religieuse.
La journée des moines commence bien avant le lever du soleil avec les offrandes. Tous les jours, les moines pieds nus (qu’il pleuve, qu’il vente..) passent par deux ou plus, devant les maisons avec leur bol en bandoulière. Les habitants les attendent et remplissent leurs bols avec avec de la nourriture, du shampoing, de la lessive…
Puis ils retournent au monastère et mettent en commun leurs offrandes. Vers 11 h, une cloche retentit: c’est l’heure du repas. Ils ne pourront remanger que le lendemain matin.
Entre les prières et l’éducation religieuse, ils ont des moments de « récré » où ils peuvent se détendre. Ils jouent au chinlon , geek sur leur portable….
Dans les transports en commun, il y a toujours des places réservées au moines. Ils ne doivent pas être en contact avec les femmes.

Le nord de la Birmanie

Les filles aussi peuvent aller au monastère, mais c’est moins systématique. Ici en Birmanie, elles sont en rose contrairement à la Thaïlande où elles sont en blanc. Le statut des nones est moins prestigieux que celui des moines, elles ne peuvent pas mener les cérémonies.

Les écoles sont facilement repérables au bruit….. Pour apprendre, ils répètent leurs leçons, en hurlant littéralement !!!!
Les enfants peuvent aller à l’école maternelle de 3 à 6 ans, ce sont souvent des ONG qui les financent dans les villages. En ville ce sont les parents qui participent. Le gouvernement finance les écoles élémentaires pour les élèves de 6 à 10 ans. Un professeur gagne environ 100 euros par mois. Ensuite le taux de scolarisation chute dramatiquement, seuls 25% des enfants vont encore à l’école après 10 ans. En Birmanie, comme au Népal, ils n’y a pas beaucoup de collège ce qui oblige les familles à payer l’internat. Le budget de l’etat pour l’armee est plus important que celui de l’education et de la sante reunies. Comme cela revient trop cher, et que les enfants devenus grands peuvent travailler au champ ou dans la forêt, ils les gardent au village.
Lors de notre trek, nous avons pu visiter une école maternelle. Les enfants nous ont chanté des chansons. Nous avons aussi chanté (c’est peut être pour cela qu’il a plu…), ils ont adoré « Toc, toc, toc Monsieur pouce ». Nous leur avons montré les affiches que nous avions préparées en France avec des photos de Domene, de nos montagnes et des écoles. Une bonne partie du village est venue participer à notre « exposé » . Notre guide nous a demandé si nous pouvions lui laisser les affiches, quand nous lui avons dit oui, il était aux anges….

Le nord de la Birmanie
Le nord de la BirmanieLe nord de la Birmanie
Le nord de la Birmanie
Le nord de la Birmanie
Publicités